Hérault - Quatre collégiens sur cinq envisagent de devenir bénévoles dans une association

Hérault - Quatre collégiens sur cinq envisagent de devenir bénévoles dans une association

Hérault - Quatre collégiens sur cinq envisagent de devenir bénévoles dans une association

Par , le 14 Mai 2022

Partager

Les adolescents de 13 ou 14 ans se déclarent très majoritairement désireux de participer à la vie associative.

La lutte contre les discriminations est le domaine qui les attire le plus, devant la protection de l’environnement, le secourisme, l’aide aux personnes en difficulté et le sport. Cette volonté d’engagement est plus forte quand un des parents est bénévole, chez les filles et les descendants d’immigrés.


À 13 ans ou 14 ans, en effet, le bénévolat associatif est un projet d’avenir partagé par une grande majorité d’adolescents : 82 % d’entre eux envisagent de s’engager dans une association, dont 43 % certainement et 39 % probablement. La lutte contre les discriminations est le domaine le plus fédérateur : 52 % des jeunes déclarent vouloir s’impliquer dans une association dédiée à cette cause. Les autres thématiques sociales font également l’objet d’un intérêt marqué : secourisme, aide aux personnes en difficulté et santé attirent entre 38 % et 41 % des jeunes.


Telles sont les principales conclusions d’une enquête quantitative menée par l’INJEP et la DEPP (direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance) auprès de 14 632 collégiens, d’avril à août 2019, sur leurs activités dans quatre domaines : le sport, l’engagement associatif, les vacances et le travail scolaire à la maison.


Des dispositions souvent corrélées aux pratiques bénévoles et aux origines des parents


Ces travaux montrent également que les souhaits d’engagement de ces jeunes peuvent être corrélés aux pratiques bénévoles et aux origines des parents. 90 % des adolescents dont un parent est déjà bénévole manifestent une volonté d’engagement du même type. C’est 10 % de plus que les autres collégiens.


Par ailleurs, la volonté d’engagement est plus soutenue parmi les descendants d’immigrés. D’une part, ils sont particulièrement mobilisés par les domaines qui les concernent directement comme la lutte contre les discriminations et les missions humanitaires à l’étranger. D’autre part, ils sont aussi plus attirés par les domaines sociaux, ce qui peut être mis en relation avec des conditions de vie souvent moins favorisées que celles des autres adolescents. Il en est de même pour les jeunes vivant dans une famille monoparentale alors que la protection de l’environnement intéresse davantage les meilleurs élèves et les enfants de cadres.

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI