Hérault - 4 ans de prison pour avoir blessé par balles un homme à Bousquet - d'Orb

Hérault - 4 ans de prison pour avoir blessé par balles un homme à Bousquet - d'Orb

Hérault - 4 ans de prison pour avoir blessé par balles un homme à Bousquet - d'Orb

Par Source parquet de Béziers, le 10 Mai 2022

Partager

4 ans d'emprisonnement pour avoir blessé par balles un homme à Bousquet -d'Orb le 29 avril 2022.

Dans la nuit du 29 au 30 avril 2022, les gendarmes de la brigade de recherches de Béziers intervenaient à la cité de la Lauzière dans la commune de Le Bousquet-d’Orb (34) suite à une rixe au cours de laquelle deux coups de feu avaient blessé à l'épaule gauche un homme de 19 ans.

L’enquête menée en flagrance par les gendarmes de la brigade de Bédarieux et la brigade des recherches de la compagnie de gendarmerie de Béziers sous l'autorité du parquet de Béziers permettait d’établir qu’un homme âgé de 34 ans domicilié à Camplong (34), était arrivé au Bousquet-d’Orb pour régler une dette de stupéfiants. Il était accompagné de son épouse et de trois hommes, âgés de 19 ans à 25 ans, tous les 3 membres de la même famille et domiciliés à Bédarieux. Ils se confrontaient à deux autres hommes âgés respectivement de 31 ans et 19 ans. Alerté par les cris de la rixe, le père de l’un des protagonistes, âgé de 50 ans et en état d'ébriété, tirait alors deux balles avec un fusil 22 long rifle depuis la fenêtre de son appartement, en direction du véhicule du groupe de Bédarieux et atteignaient la victime. Celle-ci était transportée aux urgences de la polyclinique de Bédarieux, puis opérée en urgence au CHU de Montpellier sans que ses jours ne soient en danger (45 jours d’ITT).  

A l'issue des gardes à vue de l'ensemble des protagonistes, le parquet faisait déférer quatre hommes le 1er mai 2022, dont le tireur, devant le juge des libertés et de la détention, lequel plaçait trois d'entre eux en détention provisoire dans l'attente du procès.

A l’audience de comparution immédiate du 3 mai 2022, le tireur était condamné à 4 ans d’emprisonnement avec maintien en détention dont 1 an assorti d’un sursis probatoire avec les obligations de se soigner, de travailler et d’indemniser les victimes, pour les faits de violences aggravées par deux circonstances (usage d’une arme et ivresse manifeste) et de menaces de mort réitérées. Il expliquait avoir eu peur pour son fils et avoir agi sous l’emprise de l’alcool. Il n’avait jamais été condamné auparavant.

Les deux individus à l'origine de la rixe, déjà connus de la justice, étaient condamnés pour des violences réciproques. Le quatrième prévenu poursuivi pour avoir déplacé l’arme de son père avant l'arrivée des gendarmes était relaxé.

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI