Sète - L'alerte des aiguilleurs CGT des cheminots de Sète !

Sète - L'alerte des aiguilleurs CGT des cheminots de Sète !

Sète - L'alerte des aiguilleurs CGT des cheminots de Sète !

Par les cheminots avec la CGT, le 22 Avril 2022

Partager

Les conditions sociales des agents de la circulation des trains, dans notre région et plus largement sur le territoire national, se dégradent, par manque d’emploi qui est aussi la traduction concrète de la faiblesse de l’attractivité des métiers.

Depuis plusieurs mois, les cheminots avec la CGT n’ont eu de cesse d’interpeller la Direction SNCF Réseau sur la situation, qui cause des fermetures de lignes et de gares, des retards et suppressions de trains.

Pour illustrer nos écrits, en 2021, sur l’ex-périmètre du Languedoc Roussillon, ce sont plusieurs dizaines de départs à la retraite, reconversions ou même démissions que nous avons pu constater. Ce sont plus de 1.400 postes non tenus sur l’année et c’est 75% d’échec aux examens des nouveaux embauchés.

Et pourtant, les cheminots de la circulation sont primordiaux à la bonne marche des trains, tant voyageurs que marchandises, de jour comme de nuit mais également à l’entretien du réseau. Ils nécessitent un haut niveau de qualification, mais le manque d’anticipation sur la gestion de l’emploi, guidé par la politique de réduction de la masse salariale et le fiasco sur les recrutements, nous démontre qu’il y a bien deux obstacles à la bonne tenue des postes d’aiguillages.

Face à l’abandon de la Direction, c’est un écœurement général qui règne auprès de tous les agents en poste. De plus ceux sont les agents de l’encadrement qui doivent compenser la politique de casse organisée par la Direction, en remplacement des effectifs manquant et au ras le bol général qui se manifeste.

Sur la région de Montpellier, les cheminots avec la CGT revendiquent 30 embauches dès 2022, et la mise en place de mesures immédiates sur l’attractivité des métiers, par la création de postes de fin de carrière, la compensation du travail réel, l’augmentation générale des salaires et la revalorisation de 20% des primes de travail en réponse urgente à l’inflation.

En conséquence et face à l’urgence, les cheminots avec la CGT exigent l’ouverture sans délai de négociations sur l’ensemble des points portés à la connaissance de la Direction.

Sans réponse, la Direction SNCF Réseau portera seule la responsabilité d’une dégradation grave du service rendu aux usagers, de la Sécurité ferroviaire et d’un conflit inévitable si celle-ci s’entête à vouloir jouer la carte du pourrissement.

 

Photo d'illustration

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI