Agde - Compte rendu de conseil du 15 Février 2022 : La séance du conseil municipal nous a laissés sur notre faim.

Agde - Compte rendu de conseil du 15 Février 2022 : La séance du conseil municipal  nous a laissés sur notre faim.

Agde - Compte rendu de conseil du 15 Février 2022 : La séance du conseil municipal nous a laissés sur notre faim.

Par L'équipe de communication "Agde Juste Verte et Sûre", le 22 Février 2022

Partager

La séance du conseil municipal du 15 février nous a laissés sur notre faim.
En effet, la délibération sur les tarifs 2022 pour l’eau et l’assainissement a été retirée, cette question étant de la seule compétence de l’agglo. Celles concernant la révision allégée du plan local d’urbanisme pour les plages et sa mise en conformité avec le projet de « la Méditerranéenne », bien qu’étant des décisions de principe sur les modalités des concertations à organiser, pourraient cacher autre chose.

Le point concernant la redevance 2021 de la SODEAL pour la gestion des campings nous a également interpellés.

1)    Les tarifs 2022 pour l’eau et l’assainissement :

Ces tarifs ont fait l’objet d’une délibération, contre laquelle nous avions voté, lors du conseil de la communauté d’agglomération du 15/12/2021.

Il en ressort que depuis 2017 la part de la Ville dans ces tarifs a augmenté :

-          pour l’eau : 28,6% pour la Ville contre 7,83% pour Suez

-          pour l’assainissement : 33,33% pour la Ville contre 6,52% pour Suez

Après l’augmentation des taxes foncières supérieure à 4% en 2021 et d’au minimum 3,4% en 2022, ce sont les tarifs de l’eau qui continuent d’augmenter ! La question centrale du pouvoir d’achat des ménages, en plein débat présidentiel, ne semble pas être une préoccupation du Maire, en tous cas pour les ménages agathois.

2)    Révision allégée du PLU pour les « espaces remarquables du littoral » :

Les plages d’Agde, depuis la Tamarissière jusqu’aux plages naturistes, sont actuellement classées en « espaces remarquables du littoral ».

Depuis la modification du Code de l’urbanisme au niveau national en 2019, cette classification posera problème pour les prochains renouvellements des concessions, notamment celles qui exploitent un restaurant de plage.

Si nous comprenons bien l’intérêt économique de cette révision, il convient cependant de veiller à la préservation et la conservation des espaces naturels ainsi qu’à la réhabilitation de ceux qui sont dégradés (les dunes).

Nous considérons qu’à minima, les plages de la Tamarissière, de la grande Conque et de la « Baie des cochons » (dénomination qui n’honore pas notre cité mais utilisée dans le document du SCOT que préside Gilles D’Ettore !), doivent rester des espaces remarquables du littoral. Il vient d’ailleurs d’y faire voter en décembre 2021 un remaniement de ces espaces, s’imposant à la commune, d’où cette délibération.
Le Maire nous a assuré que la plage de la Tamarissière restera bien classée en « espace remarquable du littoral ». 

Les actes n’étant pas toujours conformes aux paroles, nous resterons attentifs lors de la concertation à venir et ne manquerons pas de nous opposer à tout projet qui irait à l’encontre de notre position et des déclarations du Maire.

3)     Zone de la Méditerranéenne :

Très peu d’éléments ont été dévoilés au cours de la séance concernant le projet de réhabilitation de la friche industrielle. Nous apprenons juste qu’une darse sera creusée pour l’implantation de résidences flottantes, que le port fluvial sera agrandi et que l’OAP existante (orientation d’aménagement et de programmation) sera modifiée (par exemple pour la hauteur des constructions mais sans nous en dire plus. Parions que ce ne sera pas pour les réduire !).

Rappelons que ce lieu est en zone rouge du PPRI (plan de prévention des risques inondations) et que les modalités de construction sont fortement contraintes.
Encore une fois, il conviendra de rester vigilant lors de la concertation.

4)    Redevance 2021 pour la gestion des campings par la SODEAL :

Une réduction de la redevance de 50% soit 210 920€, due par la SODEAL pour ces 4 premiers mois de l’année 2021,  a été votée par la municipalité, au motif que la SODEAL a effectué un véritable travail notamment pour les réservations de début d’année, sans en toucher les bénéfices puisque le montant total des réservations durant cette période a été reversé au nouveau concessionnaire.

Cette « prise en charge » par la Ville, et donc par le contribuable, nous apparaît totalement injustifiée. Il aurait été plus juste que ce soit le véritable bénéficiaire, à savoir Cottage Park,  qui dédommage la SODEAL pour le travail qu’elle a accompli et dont il tire tous les bénéfices.

Rappelons que chaque année pendant les cinq premières années de la concession, cette redevance est réduite de 600 000€ pour Cottage Park.

Au total le manque à gagner cette année pour la Ville est de plus de 800 000€, au détriment des agathois, et il faudra bien le compenser (sans ces cadeaux, la gratuité des parkings aurait pu être instaurée !).

En marge de ce conseil a été évoquée la question des travaux en cours au camping de la Tamarissière. D’après Monsieur le Maire, tout est en conformité avec la réglementation. Nous aimerions cependant avoir communication de l’avis des ABF  (Architecte des Bâtiments de France) ainsi que de la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer) et avoir la certitude que les 40 habitations légères de loisirs implantées seront bien des constructions démontables ou transportables conformément aux dispositions du Code de l’urbanisme, malgré les bétonnages intervenus sur le site.

Sur tous ces points la vigilance reste de rigueur et l’opposition compte bien jouer son rôle et défendre les intérêts des Agathois, que ce soit pour le maintien de leur niveau de vie ou la préservation des milieux naturels.

L'équipe de communication "Agde Juste Verte et Sûre" (22-02-22)

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI