Béziers - 4 ans de prison pour avoir diffusé la tête décapitée de Samuel Paty et des propos racistes

Béziers - 4 ans de prison pour avoir diffusé la tête décapitée de Samuel Paty et des propos racistes

Béziers - 4 ans de prison pour avoir diffusé la tête décapitée de Samuel Paty et des propos racistes

Par Source parquet de Béziers, le 07 Janvier 2022

Partager

Le 7 janvier 2022, dans le cadre d'une procédure de comparution immédiate, le tribunal correctionnel de Béziers a reconnu coupable un homme de 31 ans pour avoir commis quatre délits : provocation publique et directe non suivie d'effet à commettre un crime ou un délit, apologie via Internet d'un acte de terrorisme, provocation publique à la haine ou à la violence en raison de l'origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion et refus de remettre aux autorités judiciaires le code de déverouillage de son téléphone portable.

Le tribunal l'a condamné à trois ans d'emprisonnement et un an de révocation d'un précédent sursis probatoire, ainsi qu’à un suivi socio-judiciaire pendant trois ans assortis de deux ans supplémentaires d'emprisonnement en cas de non-respect de ses obligations. À l'audience, le parquet avait requis cinq ans d'emprisonnement.

 

Originaire de Montpellier, il était domicilié depuis quelques mois à Béziers après sa sortie de détention en mars 2021 à l'issue de l'exécution des peines d'emprisonnement prononcée à son encontre tant par le tribunal judiciaire de Montpellier que par la cour d'appel de Montpellier pour des faits similaires commis en octobre 2020. Il était donc de nouveau interpellé le 5 janvier 2022 par la direction territoriale de la police judiciaire (DTPJ, ex-SRPJ) de Montpellier puis présenté au parquet de Béziers le 6 janvier et placé en détention provisoire jusqu'à son procès.

 

Plus précisément, il lui était reproché d'avoir diffusé les propos suivants, sur la période du 21 octobre 2021 au 5 janvier 2022 :

·         Provocation publique et directe non suivie d’effet à commettre un crime ou un délit (peine maximale encourue : cinq ans d'emprisonnement) : en l'espèce notamment en publiant un article sur un site Internet les propos suivants : "je suis en fait le seul putain de blanc dans toute la ville. (...) Les jeunes, les vieux, le centre, les quartiers, les bruits, les odeurs, les clients, les commerçants, tout est bougnoule ou quelque chose s'y approchant.(...) Ce qui se fait de plus clair, ici, serait quelque chose de métissé entre le gnoule et le gitan, un machin semblable à un narbonnoïde aux traits tunisiens. Et de temps en temps au gré d'un hasard improbable, dans cet océan noir de merde biologique, une tâche rose en croise une autre. (...) Bref une gigantesque fosse à merde avec des habitants à l'intérieur. (...) A la vue de toute cette ignoble hyperstructure de merde entassée, acceptée, codifiée, nomenclaturée : un seul sentiment, très profond, très cruel, envahit tout être sain : il faut purger tout cela. Dératiser. Tout brûler. Seul salut : vitrifier sans complexe et sans remords. Ne rien laisser de plus que le sol, et même le retourner, et le brûler encore. Le calciner. Jusqu'aux racines, à en faire fondre les entrailles. Plutôt un désert pendant mille ans que de risquer la repousse de ce cauchemar. Le moindre atome, la plus petite ces molécules... le souvenir du souvenir de cet enfer doit être évacué à tout jamais. Et ne réveiller la bête, même oser prononcer son nom, sous aucun prétexte. Et laisser reposer. Longtemps. Ne rien recommencer avant d'en avoir perdu ne serait-ce que le soupçon de l'idée."

 

·         Apologie publique d’un acte de terrorisme commise au moyen d’un service de communication au public en ligne (peine maximale encourue : sept ans d'emprisonnement) : en l'espèce en publiant sur un réseau social une vidéo intitulée "des blancs pas comme les autres" dans laquelle figure une photographie d'une tête tranchée et ensanglantée reposant au sol avec le commentaire suivant : "Samuel est Paty", puis une autre vidéo intitulée "vous avez dit justice ?" comportant les termes suivants : "la Juifstice, j'en ai beaucoup paty!"

 

·         Provocation publique à la haine ou la violence en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion (peine maximale encourue : un an d'emprisonnement) : en l'espèce notamment en publiant sur le réseau social GAB :- une vidéo intitulée "vous avez dit justice ?" comportant les propos suivants :"vous avez dit justice ? je dis vengeance politique." et "Je dis haine talmudique, je dis Juiverie !"- une vidéo intitulée "Le variant J" dans laquelle apparaissent d'une part des images de manifestations et les propos suivants "Macron pute à juif", "tu travailles pour les juifs, enculé tu travailles pour les juifs", "sale juif", d'autre part les propos suivants "le vaccin tue, ils veulent nous l'imposer. Ils veulent donc nous tuer- une photographie du général DELEWARDE accompagné des propos suivants "la bête grogne parce qu'elle est blessé, elle pousse ses derniers hurlements car elle se sait à découvert, bientôt achevée ! Elle est en phase terminale. Continuons comme cela donc, et avec entrain je vous prie ! Si trois lettres les font vaciller, que peut-il en être de quatre ? Essayons, soyons plus explicite, nommons la vermine"

 

En garde à vue, il n’avait regretté aucun de ses propos, se définissant lui-même comme un « ethno sadique », c'est-à-dire selon lui « un blanc qui n'a pas honte d'être blanc ».

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI