Agde - Entre 5 et 7 ans d'emprisonnement pour un vol avec violences à Agde

Agde - Entre 5 et 7 ans d'emprisonnement pour un vol avec violences à Agde

Agde - Entre 5 et 7 ans d'emprisonnement pour un vol avec violences à Agde

Par Source parquet de Béziers, le 03 Décembre 2021

Partager

Entre 5 et 7 ans d'emprisonnement pour un vol avec violences dans un domicile d'Agde en mars 2019.

 

Le 1er mars 2019, vers deux heures du matin un couple était surpris dans leur sommeil par l’irruption de deux individus dans leur domicile à Agde. Vêtus de noir, visage dissimulé, munis de brassard « POLICE », leurs agresseurs les entravaient à l'aide de « serflex » et les menaçaient avec une arme de poing et un piquet en bois en demandant l’accès au coffre, puis ils repartaient en voiture après avoir emporté un maigre butin. L'incapacité totale de travail des victimes était fixée à un jour.

 

Or, au moment des faits, cette équipe de malfaiteurs était placée sous surveillance par des policiers du SRPJ de Montpellier dans le cadre d’une information judiciaire portant sur d’autres méfaits. Ils étaient alors suivis par les policiers puis rapidement interpellés à bord de leur véhicule à Bessan (34), qui s'avérait volé et dans lequel étaient notamment retrouvés un pistolet automatique, un fusil de chasse et des talkies-walkies. Placés en garde à vue, ils refusaient de s'exprimer sur les faits.

 

Ils étaient déféré au parquet de Béziers le 2 mars 2019 puis présentés à un magistrat instructeur qui les mettait en examen des chefs de participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un crime, séquestration arbitraire et vol avec arme. Ils étaient placés en détention provisoire. Lors d'interrogatoires postérieurs diligentés par le magistrat instructeur, ils finissaient par reconnaître avoir participé aux faits, tout en affirmant avoir agi à la demande d'un troisième homme dont ils refusaient de donner l'identité.

 

Après de nombreuses investigations, un troisième suspect était interpellé le 16 juin 2020 par le SRPJ de Montpellier, puis mis en examen et également placé en détention provisoire. Il niait son implication dans les faits et les deux autres mis en examen affirmaient qu'il ne s'agissait pas de leur commanditaire, tout en déclarant avoir peur de représailles.

 

Les investigations permettaient notamment de mettre en évidence que les trois hommes avaient procédé à différentes reconnaissances avant les faits au moyen du véhicule volé, faussement immatriculé, ensuite utilisé le jour des faits.

 

Au cours de l'instruction, les trois mis en examen avaient été placés sous contrôle judiciaire. Toutefois, le troisième homme était de nouveau placé en détention en sanction de la violation de son contrôle judiciaire quelques jours seulement avant le procès qui s'est tenu le 26 novembre 2021.

 

Devant le tribunal correctionnel, tous conservaient leur axe de défense initial. Pour autant, ils étaient tous les trois reconnus coupables du chef de vol avec violences ayant entrainé une ITT de moins de 8 jours, aggravé par la réunion, et du chef de séquestration en vue de faciliter la commission d’un délit. Malgré l’absence de condamnation à son casier judiciaire, le commanditaire présumé était condamné à sept ans d'emprisonnement. Les deux autres, déjà connus de la justice, étaient condamnés respectivement à cinq et six ans d’emprisonnement. Le tribunal ordonnait l'incarcération immédiate des trois hommes.

 

Photo d'illustration

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI