Béziers - Droits de l'enfant et droits des parents

Béziers - Droits de l'enfant et droits des parents

Béziers - Droits de l'enfant et droits des parents

Par Hugues Bousquet de l’ONCT, le 18 Novembre 2021

Partager

À Béziers, le 20 novembre pour la « Journée mondiale de l'enfance » les anti-corrida réclameront une fois de plus : la fermeture de l'école taurine, la fin des tarifs réduits des places de corridas pour les enfants, la fin des visites du musée taurin, des arènes et de la manade des Monteilles pour les jeunes des centres aérés municipaux de Béziers et la suppression des subventions municipales pour la Fédération des Clubs Taurins du Biterrois organisatrice de ces visites… tout cela au prétexte des risques psychologiques que cela ferait encourir aux enfants !

Naturellement les antis oublient plusieurs choses et éléments.

Tout d’abord, en premier, l’éducation des enfants appartient aux parents et c’est cela qu’ont fait comprendre indirectement les 30 parents ayant autorisé leurs enfants à se rendre à la manade des Monteilles voir des taureaux de combat et assister à une tienta et d’autres visiter les arènes de Béziers. Ensuite qu’il n’existe aucune étude démontrant que les enfants accompagnés de leurs parents ayant assisté à une novillada ou une corrida ont été traumatisés (ou devenus plus tard des pervers et des tortionnaires d’animaux). Mieux, les anti corridas ont perdu tous leurs procès et ce jusqu’au Conseil d’état contre les écoles taurines de Béziers, d’Arles et Nîmes, ceci en l'absence notamment de la production d'une étude scientifique détaillée et complète tendant à démontrer la nocivité de l'enseignement dispensé…

Concernant la tauromachie, bien qu’en 2008 le gouvernement eut admis le principe de l’étude exhaustive et comparative demandée par l’Observatoire National des Cultures Taurines (ONCT), l’ensemble des associations antispécistes et anti-corridas s’y opposa, sachant fort bien que celle-ci les priverait d’un argument aussi récurrent qu’infondé. L’absence de toute étude sur le sujet n’empêcha toutefois pas le Comité des Enfants de l’ONU, sous la pression de ces mêmes, au mépris de la Déclaration Universelle des Droits de l’Enfant et de la Convention de l’Unesco sur la liberté et la diversité des cultures - avec seule limite le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales - sans aucune concertation et de manière arbitraire, de préconiser l’interdiction d’arènes aux mineurs de divers pays taurins… Notre pays, dans sa grande sagesse, n’ayant pas donné suite.

Concernant les écoles taurines l'étude psychologique menée à la demande de l'Union des Villes taurines de France (UVTF) permet de savoir en synthèse que 92% des élèves sont scolarisés et que cette scolarité peut être qualifiée de fructueuse puisque 77% affirment ne pas avoir redoublé. Tous sans exception sont familiarisés avec une langue étrangère, même les plus jeunes, et 85% sont bilingues, l’anglais étant l’idiome le plus élu avec 88%. La pratique d’un sport associé est la règle pour 96 % des élèves, un seul ne pratique aucun sport, alors que 35% en pratiquent 3 et plus. 95% des élèves signalent une relation aux amis riche. 97% déclarent aimer les animaux et 77% en possèdent. Face à la mort du taureau dans l'arène, les mots qui reviennent sont respect et responsabilité, et ils reflètent et résument le mode de pensée de ces adolescents parfaitement intégrés dans leur famille et dans la société, chez lesquels aucun traumatisme n'a été décelé.

Au moment où des centaines de milliers d’actes de pédophilie - actes criminels - entachent de nombreuses institutions, les anti-corridas une fois de plus se trompent volontairement de cibles et jouent sur la sensibilité des personnes vis à vis des enfants…

 

Béziers - Droits de l'enfant et droits des parents

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI