Hérault - Contre le Covid-19, la grippe et les virus de l'hiver, gardons le réflexe des gestes barrières

Hérault - Contre le Covid-19, la grippe et les virus de l'hiver, gardons le réflexe des gestes barrières

Hérault - Contre le Covid-19, la grippe et les virus de l'hiver, gardons le réflexe des gestes barrières

Par Santé publique France, le 20 Novembre 2021

Partager

L’automne s’installe avec un retour précoce et en force d’un cortège de maladies virales. La reprise de la vie sociale, le relâchement des gestes barrières associés à la circulation sur le territoire du virus de la bronchiolite et possiblement prochainement du virus de la grippe font craindre des épidémies saisonnières de plus grande intensité cette année.

Dans la mesure également où ces virus n’ont que peu ou très peu circulé l’année dernière, les défenses immunitaires collectives naturelles sont moins solides cette année.

Par exemple, les enfants nés après mars 2020, n’ayant pas été confrontés au virus de la bronchiolite peu présent l’an dernier, n’ont pas pu développer de défenses naturelles vis-à-vis de la bronchiolite.

Parce que l'adoption des gestes barrières est un moyen efficace de lutter contre la transmission des virus, l’Assurance Maladie, le ministère des Solidarités et de la Santé et Santé publique France, relancent un travail d’information et de communication pour rappeler l’importance des « gestes barrières » contre le Covid-19, la grippe et les autres virus de l’hiver.

Après deux ans d’une communication principalement axée sur le rappel et la pédagogie des gestes en période de Covid-19, l’objectif de cette campagne est de remobiliser le plus grand nombre et d’ancrer les gestes barrières dans notre vie quotidienne. Un véritable enjeu, alors que la population a déjà été très sollicitée sur ces gestes barrières et qu’un sentiment de lassitude tend à se généraliser.

I - LES VIRUS DE L’HIVER REVIENNENT EN FORCE

Bronchiolite, rhinopharyngite, angine, gastro-entérite…Ces virus, un temps oubliés refont surface depuis le début du mois de septembre en raison d'une baisse d’immunité collective acquise, qui vaut également pour les enfants nés après 2020, et aussi d’un relâchement des gestes barrières. À cause de cette baisse d’immunité « les épidémies pourraient être de plus grande intensité cette année », explique Santé publique France. Avec la Haute Autorité de Santé (HAS), elles soulignent que l’absence d’immunité naturelle acquise en 2020-2021 pourrait augmenter le risque de transmission du virus de la grippe, notamment chez les personnes les plus à risque.

D’après le dernier bulletin de surveillance de la bronchiolite (1), on observe une augmentation, en semaine 41, de 33% des passages aux urgences pour cette pathologie chez les enfants de moins de 2 ans et de 24% des hospitalisations après passages aux urgences. Ce niveau de passages aux urgences est supérieur aux 3 années antérieures. Dans le point épidémiologique de la semaine du 18 octobre, 11 régions étaient déjà en phase épidémique. Par ailleurs, une hausse des passages aux urgences a été également observée pour bronchite (+15% soit +262 passages tous âges), grippe/syndrome grippal chez les adultes (+31% soit +50 passages), pneumopathie et ORL chez les enfants (+25% et +13% respectivement soit +118 et +1 566 passages) (2). On observe également une hausse des passages aux urgences pour conjonctivite (+10% soit +51 passages) chez les 15-74 ans. La gastro-entérite gagne aussi du terrain.

L'adoption des gestes barrières est un moyen efficace de lutter contre la transmission de tous ces virus, y compris celui de la grippe, ou encore celui de Covid-19 (3).

Covid-19 : le nombre de cas repart à la hausse en France

C'est une tendance qui n'avait plus été observée depuis deux mois. Le nombre de cas de Covid-19 repart à la hausse en France. Au 25 octobre, Santé publique France note que l'épidémie de coronavirus en France est toujours en hausse avec un taux d’incidence ayant franchir le seuil des 50 cas pour 100.000 habitants (4).

Pour rappel, l’Institut Pasteur, précise, dans sa dernière modélisation épidémiologique du SARS-CoV-2 (5), que même chez les vaccinés, et encore plus chez les non-vaccinés, les gestes barrières sont à maintenir pour réduire la transmission du virus.

II - UN RELÂCHEMENT DES GESTES BARRIÈRES OBSERVÉ

Ces gestes simples de prévention sont efficaces pour préserver notre santé et celle de notre entourage en limitant la transmission des agents infectieux. Et pourtant…

Dans l’enquête CoviPrev de Santé Publique France (6), où 2 000 Français sont interrogés chaque mois, l’adhésion aux mesures de prévention contre le Covid-19 montre, fin septembre un relâchement, dans la continuité, observé depuis la fin du dernier confinement.

Le port systématique du masque dans les lieux publics fermés est en baisse par rapport à mai (65% vs 82%).

Le lavage systématique des mains poursuit sa diminution ; il est de 59% début septembre et significativement inférieur à celui observé en mai, qui était de 63%.

59% des répondants déclarent saluer systématiquement sans serrer la main et éviter les embrassades, alors qu’en mai, ils étaient 72%.

Parmi tous ces gestes barrières, même si les températures extérieures sont plus fraîches, il ne faut pas oublier d’aérer les pièces de son logement, de son bureau ou de sa voiture. Un geste qui semble peu à peu entrer dans les habitudes. Lors de cette même enquête, 45% des répondants déclarent aérer leur logement systématiquement toutes les heures pendant quelques minutes, soit une augmentation de 6 points par rapport à mai.

Seuls 53% des Français se couvrent systématiquement avec un bras lorsqu’ils toussent ou éternuent, selon une récente enquête Ifop (7).

 

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI