Hérault - Aéroport de Montpellier : un été encourageant et un programme automne-hiver alléchant !

Hérault - Aéroport de Montpellier : un été encourageant et un programme automne-hiver alléchant !

Hérault - Aéroport de Montpellier : un été encourageant et un programme automne-hiver alléchant !

Par Aéroport Montpellier Méditerranée, le 04 Octobre 2021

Partager

Grâce aux 36 destinations proposées cet été, l’aéroport de Montpellier-Méditerranée a réussi sa haute saison.

Le programme des mois qui viennent donne la bougeotte et sera marqué par la profonde mutation du Montpellier/Paris.

Après un an et demi de « stop and go » face à la pandémie, la réussite de la saison estivale 2021 était cruciale pour l’Aéroport Montpellier Méditerranée (AMM). Alors que la haute saison touristique s’est achevée, le premier bilan permis par les 36 destinations opérées par une douzaine de compagnies est jugé satisfaisant.

Et même encourageant. « En juillet, quelque 151 735 passagers ont été accueillis (contre 85 118 pour le même mois en 2020, soit +78,26%), tandis qu’en août nous en avons traité 168 125 (versus 126 273, soit +33,14%), indique Emmanuel Brehmer, Président du Directoire d’AMM. Au 31 août, le trafic cumulé depuis le 1 er janvier s’établit ainsi à 598 143 passagers, soit +8,79% que l’an dernier à la même date (où l’on comptabilisait 549 827 passagers). Il n’est évidemment pas question de fanfaronner, mais force est de constater que nous nous en sortons plutôt mieux ou moins mal que certains, grâce bien sûr à l’ouverture partielle de la base Transavia ».

Les premiers chiffres de septembre montrent que ce regain se confirme, avec 62 682 passagers accueillis durant la première quinzaine (soit +36,62% sur ces deux semaines-là, et +10,93% pour le résultat 2021 cumulé).

« Bien sûr, il faut également comparer ces résultats à ceux de 2019, qui demeure notre année de référence et de records absolus », relativise Emmanuel Brehmer.

Or, en 2019, les mois de juillet et août avaient tous deux dépassé les 200 000 passagers. Dans le détail, c’est-à-dire par grands faisceaux, les 151 000 voyageurs de juillet se répartissent comme suit : 48,2% sur Paris ; 32,4% sur le national hors Paris ; 9,3% sur l’Europe ; 10,1% sur l’international hors Europe.

Quant aux 168 000 aoûtiens, ils ont volé sur les faisceaux suivants : 43,4% sur Paris ; 32,5% sur le national hors Paris ; 12,7% sur l’Europe ; 11,4% sur l’international hors Europe.

« Ces légères fluctuations d’un mois sur l’autre ont été générées par les évolutions des conditions d’accès, ouvertures ou fermetures, de chacun des pays desservis », explique Emmanuel Brehmer. Aéroport de Montpellier : un été encourageant et un programme automne-hiver alléchant Contacts  "Nous avions annoncé une remontée en puissance par phases, c’est bien ce qui est en train de se produire", commente Emmanuel Brehmer.

Ces bons chiffres sont extrêmement encourageants et me laissent à penser que notre typologie de trafic conduira MontpellierMéditerranée à renouer avec sa courbe de croissance plus vite que d’autres aéroports. En tout cas, je remercie les compagnies qui nous ont fait confiance et ont démontré une agilité hors du commun. Je ne peux que me réjouir que Transavia, qui devait ouvrir sa base montpelliéraine au printemps 2020, n’en ait pas remis le principe en question ». La filiale low-cost du groupe Air France-KLM a ainsi ouvert en 2021 cette fameuse base qui change tout, moyennant un programme de vols qui a su s’adapter, en privilégiant notamment les vols domestiques.

La révolution tarifaire du Montpellier/Paris

Chaque année, les deux saisons aéronautiques sont rythmées à l’échelon mondial par le passage aux heures d’été (dernier dimanche de mars) et celui aux heures d’hiver (dernier dimanche d’octobre). A compter de la prochaine saison hivernale, qui débutera donc ce dimanche 31 octobre, la liaison entre Montpellier-Méditerranée et Paris-Orly sera assurée par des opérateurs nouveaux.

Cette offre remaniée sera proposée par easyJet (dès le 31 octobre) et par Transavia (à partir du lundi 08 novembre).

Ce programme, offrant jusqu’à 6 vols par jour et à bas prix, viendra en complément de celui d’Air France vers Paris Roissy (avec 4 vols par jour). Au plus fort du programme type, l’offre globale de et vers Paris s’élèvera donc à 10 vols par jour. « Cette mutation constitue une vraie révolution, commente Emmanuel Brehmer. Une révolution pour l’aéroport, mais surtout une révolution pour les voyageurs. easyJet et Transavia sont des compagnies low-cost et pratiquent des prix extrêmement attractifs tout en offrant des prestations de grande qualité. Oui, c’est le voyageur qui sera le premier bénéficiaire de ces tarifs très concurrentiels.

Certes, nous proposons un peu moins de vols mais la baisse du nombre de sièges est bien moindre puisque les appareils sont de plus grande capacité.

L’essentiel est là : on pourra se rendre à Paris en avion à partir de 30-35€.

Que ce soit pour les déplacements professionnels ou les déplacements loisirs, ça change tout ! »

Il est à noter que certains des services inclus dans le produit qu’Air France dédie à ses clients disposant du statut Elite+ du programme de fidélisation Flying Blue ne seront plus accessibles de la même façon. L’embarquement prioritaire, le coupe-file, perdureront mais en devenant des options payantes ou bien déjà incluses dans certains tarifs. Quant à l’accès au Salon by Promeo, il ne sera désormais pas proposé directement par easyJet et Transavia (*). « Nous finalisons actuellement le produit qui sera le plus adapté à celles et ceux qui voyagent fréquemment depuis Montpellier vers Paris-Orly mais aussi les autres destinations du réseau montpelliérain qui autorisent l’entrée du lounge, rassure Emmanuel Brehmer. Ce qu’il faut retenir, c’est que le parcours voyageur conservera la même qualité mais que, in fine, la prestation globale sera beaucoup moins chère ».

Quand l’élitaire se démocratise… 

(*) A noter que pour les voyageurs éligibles, Air France continuera d’offrir l’accès au Salon by Promeo en voyageant vers Paris-Roissy et au-delà. Idem avec KLM pour la ligne vers Amsterdam et au-delà. Une collection automne-hiver « sur-mesure » Au total, le programme automne-hiver sera riche de 29 destinations. Toutes ne seront pas opérées tout au long de la saison, mais proposées au moment jugé le plus opportun pour les voyageurs. « Si nous étions dans l’univers de la mode, je parlerais de sur-mesure, commente Emmanuel Brehmer.

Car si la crise du Covid a appris quelque chose au monde de l’aérien, c’est à être encore plus réactif, plus proactif, plus pragmatique ».

Ainsi, sur cette trentaine de lignes, 4 n’existeront qu’en tout début de saison. Il s’agit de lignes du programme d’été qui « mordent » sur celui d’hiver afin d’aller au bout des vacances de la Toussaint (pour la zone de l’Académie de Montpellier, celles-ci s’achèvent le 08 novembre). 6 autres lignes seront opérées durant les congés scolaires de toute la saison hivernale (Toussaint, Noël et février).

Quant aux 19 autres, elles fonctionneront en permanence sur le semestre à venir, avec des densités de fréquence adaptées aux différentes périodes. Parmi les points notables et/ou nouveaux à l’échelon international : des destinations comme Athènes, Héraklion, Séville, Oujda ou Tunis qui restent inscrits au programme hivernal ; à l’échelon domestique, en sus de la révolution parisienne et des lignes vers Brest, Caen, Lille, Nantes, Rennes ou Strasbourg, soulignons la présence nouvelle de Bastia parmi les destinations possibles. L’ensemble de ce programme est présenté sur le document qui suit.

Les informations relatives au programme et aux conditions des vols sont sans cesse réactualisées en temps réel sur le site web de l’aéroport (www.montpellier.aeroport.fr) et ses réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Linkedin, Instagram), ainsi que sur les sites des compagnies.

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI