Béziers - 18 mois d'emprisonnement pour des faits de violences conjugales

Béziers - 18 mois d'emprisonnement pour des faits de violences conjugales

Béziers - 18 mois d'emprisonnement pour des faits de violences conjugales

Par Source parquet de Béziers, le 20 Septembre 2021

Partager

A l’audience de comparution immédiate du 17 septembre 2021, le tribunal correctionnel de Béziers a condamné un homme âgé de 44 ans, exerçant la profession de chauffeur livreur, à 18 mois d’emprisonnement dont 9 mois assortis d’un sursis probatoire avec obligation de se soigner et interdiction de paraître au domicile de la victime et d’entrer en contact avec elle pendant deux ans, pour des faits d’appels téléphoniques malveillants et de violences sur conjoint en récidive. Le tribunal a également prononcé le maintien en détention de l’intéressé.

 

L’ex compagne du mis en cause, âgée de 43 ans, avait porté plainte à la gendarmerie de Capestang (34) le 8 septembre 2021 en expliquant qu’elle s’était séparée en 2019 du père de son enfant, âgé de 12 ans, suite à des violences commises sous l'emprise de d’alcool. Elle ajoutait qu’elle avait ensuite reçu de nombreux appels de menaces de sa part. Elle fournissait également aux enquêteurs des photographies laissant apparaitre des blessures sur son visage.

 

Plusieurs témoins confirmaient la réalité des violences subies par la victime, notamment la mère du mis en cause qui décrivait une scène où l’intéressé donnait des coups de poing et de pied dans le ventre de la victime alors que celle-ci était en enceinte.

 

Le mis en cause était placé en garde à vue le 14 septembre 2021 mais niait tout fait de violences depuis sa dernière condamnation pour violences conjugales en 2016. Il reconnaissait seulement des disputes au sujet de la garde de leur enfant.

 

Présenté au parquet de Béziers le 15 septembre 2021, il avait été placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention dans l'attente de son procès.

 

Outre une précédente condamnation en 2016 pour des faits de violence conjugale, il avait aussi été condamné à deux reprises pour des faits de conduite sous l’empire d’un état alcoolique.

 

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI