Béziers - Le Colbac dénonce l'initiation à la tauromachie dans les centres de loisirs

Béziers - Le Colbac dénonce l'initiation à la tauromachie dans les centres de loisirs

Béziers - Le Colbac dénonce l'initiation à la tauromachie dans les centres de loisirs

Par Colbac Anti Corrida Béziers, le 17 Septembre 2021

Partager

Le COLBAC dénonce l’initiation à la tauromachie dans les centres de loisirs municipaux, orchestrée par la Fédération des Clubs Taurins du Biterrois (FCTB), les prochains mercredis de septembre. L’association anti corrida manifestera :

Vendredi 17 septembre de 11h à 13h sur les Allées Paul Riquet.

En partenariat avec la Fédération des Clubs Taurins du Biterrois, une visite du musée taurin, des arènes et une journée à la ganaderia  Margé sont programmées dans deux centres de loisirs municipaux de Béziers ( ALSH Martin Luther King et visite de la ganaderia pour l'ALSH Georges Brassens ), les prochains mercredis de septembre. En 2018, 2019, et 2020, dans le cadre de ce partenariat, les enfants des centres de loisirs municipaux avaient assisté à une démonstration de “tienta” et à du “toréo de salon” par les élèves de l’Ecole taurine de Béziers ( spectacles de tauromachie espagnole sans effusion de sang). 

  • Initiation à la tauromachie clairement revendiquée par la FCTB

« Nous voulons conquérir de nouveaux aficionados avec nos initiations dans les centres de loisirs » écrit la fédération pour justifier sa demande de subvention municipale de 15 000 euros. Sur son blog taurin, le vice-président de l’Observatoire national des cultures taurines (ONTC) Hugues Bousquet se félicite de « la découverte du monde du toro de combat » et de l’initiation « au ba-ba de la tauromachie ». 

  • « Fichez la paix aux employés municipaux ! »

C’est la réponse qu’Emmanuelle et Robert Ménard ont apportée à Sophie Maffre-Baugé, présidente du Colbac, qui a interpellé le maire et son épouse à ce sujet lors d’un échange sur le stand du Colbac, à l’occasion de la foire des associations, samedi dernier.

Pour Sophie Maffre-Baugé : « C’est scandaleux que la tauromachie soit inclue dans les activités des centres de loisirs municipaux. Cette tradition sanglante, réprimée par la loi hors départements taurins en raison de sa cruauté caractérisée envers les animaux, sera présentée aux enfants comme une pratique louable, respectant les animaux. Or, ce sont des spectacles de maltraitance animale. Le rôle des centres de loisirs est de véhiculer des valeurs de compassion et de bienveillance, et non d’inciter à exercer de la violence sur autrui. C’est encore de l’argent public et le soutien de la municipalité qui servent la tauromachie et les intérêts privés des clubs taurins. » 

  • Le COLBAC veut rappeler un point fondamental 

Le Comité des droits de l’enfant de l’ONU, chargé de veiller à l’application de la Convention internationales des droits de l’enfant (CIDE) a, en 2016, exhorté la France à tenir les mineurs à l’écart de la tauromachie en raison de sa violence. Normalement, la CIDE est un cadre de référence pour tous les acteurs éducatifs.

Dans un courriel adressé à la direction des ALSH, le COLBAC demande donc l’annulation des sorties programmées en partenariat avec les clubs taurins et leur remplacement par des activités qui ne cautionnent pas la souffrance animale.

 

Photo d'illustration

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI