Frontignan - Cœur de Ville : l'aboutissement d'un grand projet… et le lancement d'un autre !

Frontignan - Cœur de Ville : l'aboutissement d'un grand projet… et le lancement d'un autre !

Frontignan - Cœur de Ville : l'aboutissement d'un grand projet… et le lancement d'un autre !

Par ville de Frontignan, le 11 Juillet 2021

Partager

Si les choses n’étaient initialement pas prévues de la sorte, ce mardi 6 juillet 2021aura marqué le croisement de deux grands projet destinés à améliorer le cadre de vie des habitant·e·s et usager·ère·s avec l’inauguration du boulevard des Républicains espagnols et de son parking paysager, d’une part, et le lancement d’expérimentation Chais Botta-quai Voltaire, d’autre part.

Inauguration du boulevard des Républicains espagnols et du parking paysager de l’ancienne gare de marchandises

Après des mois de travaux, le nouveau boulevard des Républicains espagnols et le juxtaposé parking de l’ancienne gare de marchandises ont été officiellement inaugurés ce mardi 6 juillet par Michel Arrouy, maire de Frontignan la Peyrade, en présence de Sébastien Denaja, conseiller régional, Pierre Bouldoire, 1er vice président du conseil départemental et Florence Sanchez, vice-présidente de Sète agglopôle Mésitérannée.

Également présents lors de cette inuguration, les membres de l’association La Roue libre de Thau ont organisé une balade à vélo au départ de Sète pour arriver sur ledit boulevard et animer sur place un stand d’information sur les modes de déplacements doux.

En prallèle, l’association No Pasaran et la Ville lançaient une exposition photographique déambulatoire le long du boulevard intitulée, Des Espagnols dans les camps, de Paul Senn, en partenariat avec le mémorial de Rivesaltes :

14 portraits que le photoreporter suisse Paul Senn (1901-1953) a réalisés sur les chemins de l’exil et les camps de la Région Occitanie entre 1937 et 1944, accompagnés d’extraits de leurs témoignages sur l’exil et l’internement pour ne pas oublier  le conflit et sur la Retirada. Regards hagards et visages émaciés nous font ressentir la peur, la souffrance, le froid et la détresse des milliers de réfugiés obligés de fuir leur pays qui s’apprête à basculer dans la dictature. Des réfugiés espagnols que Paul Senn retrouvera au Camp de Rivesaltes en 1942, où certains ont été internés au côté de Juifs et de Tziganes.  

Frontignan - Cœur de Ville : l'aboutissement d'un grand projet… et le lancement d'un autre !

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI