Frontignan - Réaction de Gérard Prato aux résultats de l'élection départementale du 27 juin 2021.

Frontignan - Réaction de Gérard Prato aux résultats de l'élection départementale du 27 juin 2021.

Frontignan - Réaction de Gérard Prato aux résultats de l'élection départementale du 27 juin 2021.

Par Gérard PRATO, le 29 Juin 2021

Partager

Dimanche 27 juin, le parti socialiste, soutenu par ses alliés traditionnels, a conservé le canton de Frontignan avec 55,7% des suffrages exprimés (34%). Cette reconduction du binôme Bouldoire-Pradelle s’inscrit dans un contexte d’abstention massive (66%), où les sortants ont bénéficié, partout en France, d’un avantage exorbitant (indépendamment de leur étiquette et de leur bilan).

Pour s’assurer cette victoire, la gauche a, comme toujours, usé de méthodes contestables, au point de susciter la réprobation des maires de Vic la Gardiole et de Gigean. Malgré mon énergie déployé, je n’ai pas réussi à contrer la machine clientéliste du système Bouldoire-Arrouy sur Frontignan.

Cependant, avec 44.3%, je me dois de remercier les électeurs pour leur confiance à mon égard, qui est le résultat de 9 ans de présence sur le terrain. Je suis très honoré par leur soutien et je tiens à remercier tout particulièrement mes colistiers : Patricia Andrieu, Olivier Rongier et Anne Benoit De Coignac, pour leur investissement dans cette campagne électorale. Ce fût un réel plaisir de travailler avec eux, mais je tiens également à remercier les nombreux assesseurs, qui ont permis la bonne tenue des bureaux de vote sur tout le canton. Notre score honorable, fruit du travail de tous les militants, place une fois encore notre territoire frontignanais en tête des candidats du Rassemblement National de l’Hérault.

Toutefois, bien au-delà du canton de Frontignan, la défaite du Rassemblement National est cinglante. Dans toutes les régions, les présidents sortants ont été réélus avec des scores extrêmement élevés, alors que les listes soutenues par le RN subissent un revers historique.

En Occitanie, Jean-Paul Garraud réunit à peine 24% des suffrages, loin des 34% réalisés en 2015 par Louis Aliot, dont j’étais la tête de liste pour le département de l’Hérault. Cette débâcle lors de ces élections régionales, remet clairement en question la stratégie d’ouverture du parti voulue par la Présidente.

 

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI