Bessan - Baptiste Bénabent, futur éleveur ovin sur le plateau des Mègeries de Bessan

Bessan - Baptiste Bénabent, futur éleveur ovin sur le plateau des Mègeries de Bessan

Bessan - Baptiste Bénabent, futur éleveur ovin sur le plateau des Mègeries de Bessan

Par VILLE DE BESSAN, le 29 Mai 2021

Partager

Trois questions pour mieux connaître le jeune Baptiste Bénabent, originaire de Portiragnes, et futur éleveur ovin à l’automne prochain sur le plateau de Bessan.

 

Vous êtes un jeune éleveur et vous allez vous installer sur le plateau des Mègeries à Bessan. Pouvez-vous vous présenter aux Bessanais ? J’ai 22 ans et je suis issu d’une famille agricole, puisque mes parents sont éleveurs. J’ai toujours été passionné par l’agriculture et l’élevage et j’ai justement décidé d’orienter mes études dans ce domaine. Aujourd’hui, je m’installe en qualité de jeune agriculteur sur l’exploitation familiale, déjà composée de taureaux de Camargue. Notre objectif est de proposer des taureaux performants pour les courses camarguaises. Nous travaillons beaucoup au niveau touristique autour des manifestations taurines.

 

Votre famille est bien connue du côté de Portiragnes avec notamment la Manade du Grand Salan. Votre nouvelle activité bessanaise est-elle complémentaire avec celles existantes ? Tout à fait, elles sont très complémentaires car le système d’élevage et le type d’alimentation entre ces deux espèces sont assez similaires. La brebis valorise des herbes que le taureau ne valorise pas, et inversement. Cette diversification intervient à une période importante pour nous. En raison de la crise sanitaire, nos activités taurines et touristiques ne peuvent avoir lieu et l’avenir demeure incertain. L’élevage de brebis devrait nous permettre de rebondir. D’autant que le consommateur d’aujourd’hui revient de plus en plus aux circuits courts et privilégie la qualité. Et quoi de mieux que d’avoir dans son assiette de l’agneau ou du taureau produit à quelques kilomètres de chez soi, élevés avec passion et en pleine transition vers l’Agriculture Biologique.

 

De combien de « têtes » sera composé votre troupeau et quelles races ovines avez-vous privilégiées ? Pour notre première année, le troupeau sera composé de 120 têtes pour parvenir entre 200 et 250 têtes dans les années à venir. Pour le choix de la race, nous avons opté pour la Rouge du Roussillon. Ces brebis s’adaptent parfaitement à notre territoire et permettent de valoriser un maximum les parcours (terrains non cultivables). Mon installation sur ces terrains est possible grâce à un partenariat entre de nombreux partenaires : Safer, Fédération des chasseurs, Mairie de Bessan, Conservatoire des espaces naturels, Agglomération…

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI