Frontignan - 19 mars 1962, une question interdite par Michel Arrouy

Frontignan - 19 mars 1962, une question interdite par Michel Arrouy

Frontignan - 19 mars 1962, une question interdite par Michel Arrouy

Par Gilles Ardinat et Gérard Prato, le 27 Mai 2021

Partager

Communiqué de Gilles Ardinat et Gérard Prato, conseillers municipaux d’opposition.

Suite au discours très partial de Michel Arrouy, maire PS de Frontignan, le 19 mars 2021, Gilles Ardinat a communiqué, comme l’autorise le règlement intérieur de la ville, une question orale relative au devoir de mémoire et à la Guerre l’Algérie. Le maire, connu pour son mépris de l’opposition, a refusé catégoriquement que cette question soit posée en conseil municipal le 6 avril puis le 20 mai. Face à ces refus, nous avons décidé de publier le texte de cette question. Comme vous pouvez en juger par vous-même il s’agit d’une question argumentée et en lien avec l’actualité de notre ville. Mais Monsieur Arrouy, qui n’assume sans doute pas son discours, a tout bonnement censuré cette question sous de faux prétextes.

Question orale censurée par Michel Arrouy:

Monsieur le maire,

Vendredi 19 mars vous avez organisé, avec votre majorité et divers acteurs de notre ville, la très controversée "Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc" . Cette journée, initiée par des élus socialistes en 2002, puis confirmée par le Sénat en 2012, est depuis son origine sujet à de nombreuses critiques quant à la forme (navette parlementaire de 10 ans) et surtout sur le fond (la date retenue étant problématique).

Faisant fi des débats historiques et mémoriels, vous avez célébré cette date et tenu un discours particulièrement polémique, indiquant notamment que le choix du 19 mars constituait « une victoire de la République, une victoire de la France » ainsi qu’une « journée d’apaisement pour la France ». Beaucoup de Frontignanais et Lapeyradois, dont les familles ont vécu la tragédie de la guerre d’Algérie, ont été choqués par vos propos. D’ailleurs Jean-Louis Patry, l’élu en charge du devoir de mémoire, s’est montré plus raisonnable que vous en lisant le discours ministériel qui indiquait par exemple que « les violences et le cycle des représailles ne s’éteignirent pas, au contraire. Ils allaient encore endeuiller les deux rives de la Méditerranée ». Votre adjoint a justement mentionné que le 19 mars 1962 est synonyme d’ « exil, de représailles sanglantes, de déracinement ».

Certains maires courageux, œuvrant pour une mémoire respectueuse et équilibrée, ont choisi de ne pas honorer cette journée de trahison et de souffrance. Louis Aliot a par exemple organisé une exposition pour rendre dignement hommage aux victimes. M. Jean-Marc Pujol, l’ancien maire de Perpignan, était d’ailleurs présent. Il ne tient donc qu’à vous de ne plus fêter ce cessez-le-feu illusoire.

Suite à votre discours, je souhaite vous adresser 4 questions :

– alors que les accords d’Evian ont conduit à la perte d’un territoire de notre République au profit d’une organisation ouvertement anti-française (le FLN) comment pouvez-vous parler du choix d’une date aussi dramatique comme « d’une victoire de la République, une victoire de la France »?

– Ce prétendu cessez-le-feu a entraîné des massacres de masse, probablement 150.000 harkis et 10.000 pieds noirs à qui le FLN proposait « la valise ou le cercueil ». Comment pouvez-vous qualifier cette date tragique de « journée d’apaisement pour la France »?

– Constatant que célébrer le 19 mars est une provocation pour nombre de nos concitoyens, envisagez-vous, comme d’autres maires l’ont fait, de choisir une autre date pour le nécessaire devoir de mémoire autour de la tragédie algérienne (le 26 mars ou le 5 décembre par exemple)?

– Enfin vous avez déploré que « la guerre, le terrorisme et le fanatisme restent hélas un bien triste sujet d’actualité ». Or le 19 mars a justement favorisé le terrorisme et le fanatisme du FLN : n’y a-t-il pas dans votre discours une énorme contradiction ?

Merci pour vos réponses.

 

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI