Vias - À Vias, ça bétonne, ça vous étonne ?

Vias - À Vias, ça bétonne, ça vous étonne ?

Vias - À Vias, ça bétonne, ça vous étonne ?

Par Elisabeth CERNEAU, le 04 Mai 2021

Partager

CONSTRUCTIONS ? VOUS AVEZ DIT CONSTRUCTIONS ?

                   Et si on parlait un peu du sujet qui fâche actuellement ?

Ce n’est pas si souvent que des dizaines de viassois se regroupent tous les samedis pour s’opposer à la ligne indéfectible du Conseil Municipal en matière d’urbanisation : c’est-à-dire toujours plus de béton !

Rappelons que l’an passé, (année électorale) sentant comme un vent de contestation, M Dartier avait gelé les projets de constructions notamment sur l’Avenue Pierre Castel. Aujourd’hui on n’a plus de raison de se cacher et on avance à bulldozers ouverts, on rase espaces verts et terrains de sport, car rien ne doit entraver la marche des bétonnières. On assume même ses choix du mieux qu’on peut, avec des arguments qu’il est assez facile de démonter.

IL FAUT REPONDRE A LA DEMANDE ! Fichtre ! Mais qui donc frappe ainsi à notre porte ?

Des enfants du village ? Faudrait d’abord qu’ils puissent trouver un boulot sur place ou dans les environs : c’est vous dire si c’est pas gagné !

Des petits rejetons du papy-boom ? Jetons un œil sur quelques chiffres : En France, la croissance démographique frôle les 0,3 % (chiffres de l’INSEE). Dans le département de l’Hérault ainsi qu’à Vias on arrive à 1,3 %.

Pendant ce temps, de 2014 à 2017, on a réussi à faire grimper la population de Vias d’environ 7% !

En fait, plus des trois quarts de cette nouvelle population proviennent des flux migratoires, autrement dit, de personnes (charmantes au demeurant) qui laissent derrière elles une habitation pour venir se loger à Vias. Après tout pourquoi pas ?

Mais ne serait-ce pas à nous de décider jusqu’où nous nous devons de les accueillir ?

Sommes-nous prêts à renoncer à nos espaces encore sauvages ? A nos terres cultivables qui permettent une agriculture de proximité ? A nos espaces verts aménagés qui verdissent encore un centre-ville recouvert aux trois quarts de béton et de goudron ?

Jusqu’où sommes-nous prêts à brader ces lieux, dernières barrières au réchauffement climatique et garants de notre confort ?

En 2017, Vias comptait déjà 5523 logements ! Soit un par habitant !!!

Comment comprendre alors le choix de la mairie d’urbaniser encore à Vias, sous prétexte qu’il reste encore (un peu) de terrains non bâtis ou naturels et que le littoral jouit d’un pouvoir attractif certain ?

Voilà la vraie raison du choix de la construction « verticale » ! Faire rentrer le maximum de population dans un espace réduit. S’il s’agissait de loger des sans-abris, ce serait un devoir. Mais on vient de voir qu’il n’en est rien. C’est juste un déplacement de population.

Il semblerait que les seuls à se réjouir soient le maire et les promoteurs, mais eux, on comprend pourquoi … Car pour la commune, il est certain que l’accroissement de la population, outre la détérioration du cadre de vie qu’elle entraînera, pèsera encore sur la dette de la ville car il faudra financer les demandes en matière de viabilisation, de voirie, de sécurité, de scolarisation … etc, etc !

Mais bon, nous direz-vous : « Il suffira alors d’actionner le levier déjà enclenché : Augmenter encore la Taxe Foncière ! »

De notre côté, avec Vias Pluriel, nous restons fidèles à la conception de l’urbanisation proposée dans notre programme de campagne, à savoir :

1/ limiter les nouveaux logements au strict nécessaire.

2/ Favoriser un type d’habitat harmonieux et respectueux de l’environnement.

3/ Réhabiliter les logements inhabités du centre-ville pour loger la population active de Vias, favoriser ainsi un brassage de population.

Ce programme était clair, les Viassois l’ont lu, une majorité a pourtant préféré laisser un chèque en blanc aux bétonneurs compulsifs. Il semblerait que certains le regrettent aujourd’hui. Nous aussi.

Elisabeth CERNEAU et Yvon MARTIN

Conseillers municipaux d’opposition VIAS PLURIEL

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI