Béziers - Outrages sexistes et bousculade dans le bus : 12 mois d'emprisonnement

Béziers - Outrages sexistes et bousculade dans le bus : 12 mois d'emprisonnement

Béziers - Outrages sexistes et bousculade dans le bus : 12 mois d'emprisonnement

Par Source parquet de Béziers, le 22 Avril 2021

Partager

Outrages sexistes et bousculade à l'encontre d'une adolescente dans un bus à Béziers : 12 mois d'emprisonnement avec mandat de dépôt.

Le 14 avril 2021, les policiers municipaux de Béziers étaient alertés d’une agression venant de se commettre dans un bus.

La victime, une jeune fille âgé de 17 ans, expliquait qu’elle était montée dans le bus en début d’après-midi et qu’un individu était venu lui faire des avances.

Ce dernier s’était montré particulièrement insistant, la fixant du regard, puis lui faisant de nombreux compliments sur son apparence physique et insistant pour qu'elle lui donne ses coordonnées téléphoniques. Il lui avait demandé de lui montrer des photos d'elle nue, tout en la traitant de « petite putain ».

Face à la résistance de la victime, il avait menacé de la frapper, puis l'avait saisie par le bras et la poussait. Des passagers étaient intervenus pour lui venir en aide et le mis en cause avait alors pris la fuite en actionnant l’ouverture d’urgence. Le récit de la victime était confirmé par la vidéo qu'elle avait enregistrée ainsi que par le témoignage de la conductrice du bus.

L’individu était interpellé dans la journée par la police municipale et conduit au commissariat de Béziers. Il était placé en garde à vue et reconnaissait l'essentiel des faits.

Le vendredi 16 avril, le parquet de Béziers ordonnait sa présentation devant le tribunal correctionnel pour être jugé le jour même en comparution immédiate des chefs d’outrages sexistes dans un moyen de transport collectif (article 621-1 du code pénal : contravention de 5ème classe créée par la loi du 3 août 2018 et faisant encourir une peine maximale de 1500 € d'amende) et de violences sans incapacité totale de travail dans un moyen de transport collectif (délit faisant encourir trois ans d'emprisonnement maximum).

Conformément aux réquisitions du parquet, le prévenu a été condamné à 12 mois d’emprisonnement avec mandat de dépôt, ainsi qu’à une amende contraventionnelle de 200 euros. Cet homme, âgé de 28 ans et domicilié à Marseille, avait déjà été condamné à trois reprises entre 2014 et 2016 pour des faits de violences commises dans un moyen de transport collectif.

Photo d'illustration Communauté d'agglomération Béziers Méditerranée

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI