Pézenas - Préparation Militaire Gendarmerie (PMG) à Pézenas

Pézenas - Préparation Militaire Gendarmerie (PMG) à Pézenas

Pézenas - Préparation Militaire Gendarmerie (PMG) à Pézenas

Par Gendarmerie de l'Hérault, le 23 Avril 2021

Partager

[FORMATION] – Préparation Militaire Gendarmerie (PMG)

Depuis samedi 17 avril, cent-sept stagiaires issus de la région Languedoc-Roussillon ont commencé leur Préparation Militaire Gendarmerie (PMG) au sein du Lycée agricole Bonne Terre de #Pézenas (#Hérault) en vue d’intégrer la réserve opérationnelle de la Gendarmerie Nationale. Pour cette session, quarante-sept filles et soixante garçons avec une moyenne d’âge de vingt-cinq ans.

Encadrés par des personnels actifs et de réserve, la direction de cette formation est assurée par le Commandant Chanabé et le Lieutenant Gabata, respectivement réservistes de l’#Aude et de l’#Hérault.

Tout au long de ces quinze jours, des cours théoriques sont dispensés par des encadrants venus de toute la Région Languedoc-Roussillon portant sur la connaissance générale, la déontologie, l’armement, l’intervention professionnelle maitrise arme et sans arme, la police judiciaire, le droit d’usage des armes… Au programme des activités pratiques, les stagiaires font du tirs réduits, du combat, et bénéficient d’une formation au bâton télescopique, au taser…

Les futurs réservistes devront également passer trois évaluations écrites portant sur trois modules. Le premier, sur la déontologie, la connaissance du milieu militaire et la connaissance de la gendarmerie. Le deuxième, sur les agents de sécurité routière, la formation générale intervention professionnelle et le contact. Et enfin, le troisième, sur la police judiciaire, le fichier de la gendarmerie et la télécommunication.

Testés aussi sur leur capacité aux tirs, ils passeront une évaluation avec trente cartouches de balles en plastiques en tir réduit.

Une préparation bien complète avec des journées intenses : un réveil à cinq heures trente avec une extinction des feux à vingt-deux heures trente.

Pendant cette formation, douze réservistes du Languedoc-Roussillon issus de tout arme (légion, armée de terre, marine, air…) effectue une voie de Changement d’Armée (VCA).

A l’issue de cette préparation, samedi 1er mai, un brevet sera remis aux stagiaires ayant obtenu au minimum une moyenne de dix sur vingt. Une fois encore, cette cérémonie devra respecter un protocole strict en raison de la crise sanitaire.

Comme aime le rappeler le Lieutenant Gabata, « nous, les encadrants, essayons avant tout d’inculquer à ces stagiaires un esprit de solidarité et bien souvent cette cohésion de groupe opère après seulement quelques jours ! Le programme aussi complet qu’intense poussent nos stagiaires dans leur retranchement. Et bien souvent, s’ils pleurent à leur arrivée en découvrant le programme, ils pleurent également à la fin de la préparation lorsqu’ils doivent quitter leurs camarades. »

A la fin de cette PMG, les stagiaires reçus, contactent la Compagnie de Réserve Territoriale (CRT) de leur département. Dès qu’ils ont effectué leur tirs des quarante cartouches qui leur permettent d’obtenir le Certificat d’Initiation à la Pratique du Tir (CIAPT), ils peuvent être employés dans la réserve de la Gendarmerie Nationale.

Ils passent ensuite un examen d’Agent de Police Judiciaire Adjoint (APJA) et doivent prêter serment devant le tribunal judiciaire de leur département afin de pouvoir exécuter des actes d’agent de police judiciaire adjoint.

Pour mieux préparer ces futurs réservistes à la réalité du terrain, le programme connaitra quelques modifications pour les préparations futures. En effet, à partir de l’été 2021, une circulaire prévoit que la formation sera dorénavant plus axée sur la connaissance du milieu militaire, l’ordre serré, l’école d’intervention tactique et les gestes élémentaires du combattant. Des mallettes pédagogiques seront par ailleurs mises à jour.

Actuellement, il y a trente milles réservistes en gendarmerie sur l’ensemble du territoire national. Afin de faire face aux évènements futurs (Coupe du Monde de Rugby en 2023, les Jeux Olympiques en 2024…), l’objectif est d’en recruter dix milles de plus !

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI