Béziers - 2 ans de prison dans l'affaire de la rixe du quartier de l'Iranget

Béziers - 2 ans de prison dans l'affaire de la rixe du quartier de l'Iranget

Béziers - 2 ans de prison dans l'affaire de la rixe du quartier de l'Iranget

Par Source parquet de Béziers, le 15 Avril 2021

Partager

Le soir du 12 février 2021, une altercation violente survenait dans le quartier de l’Iranget à Béziers entre deux bandes.

Deux hommes du quartier étaient dans leur véhicule en stationnement lorsque surgissaient cinq individus, dont certains portaient une cagoule. Des coups de poings et de pied étaient échangés, puis des couteaux étaient utilisés par un ou plusieurs des agresseurs. Les deux hommes du véhicule présentaient des blessures par arme blanche, l’un au niveau de la main gauche (21 jours d’interruption totale de travail) et le second à la cuisse (sans interruption totale de travail). Rapidement, plusieurs jeunes hommes du quartier intervenaient pour prêter main-forte aux deux victimes, faisant fuir les cinq agresseurs.

L'un d’eux était rattrapé et il était à son tour la cible de graves violences, y compris à l'arme blanche. Une partie des faits avait été captée par les caméras de surveillance de la ville.

Les 13 et 14 février, deux des cinq individus à l'origine de l'altercation, dont celui victime des représailles, se présentaient au commissariat de Béziers, sachant qu'ils étaient recherchés. Agés de 29 et 26 ans, ils étaient placées en garde à vue et reconnaissaient s’être battus avec les victimes qui étaient dans le véhicule. Les motifs de l'altercation demeuraient vagues.

Le 15 février, le parquet de Béziers ordonnait la présentation de ces deux hommes au tribunal et ils étaient placés en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention dans l’attente de leur procès qui s’est tenu le 14 avril 2021. Le tribunal correctionnel les a condamnés des chefs de violences en réunion et avec arme, infligeant à chacun 2 ans d’emprisonnement avec maintien en détention et 5 ans d’interdiction de détenir ou de porter une arme. Tous les deux étaient bien connus de la Justice et ils étaient récemment sortis de prison.

Les investigations se poursuivent activement pour tenter d’identifier les auteurs des représailles.

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI