Frontignan - 15e Fête de la miquette à Frontignan la Peyrade

Frontignan - 15e Fête de la miquette à Frontignan la Peyrade

Frontignan - 15e Fête de la miquette à Frontignan la Peyrade

Par Ville de Frontignan, le 30 Mars 2021

Partager

15e Fête de la miquette à Frontignan la Peyrade

Les conditions sanitaires interdisent d’organiser des évènements sur la voie publique, mais n’empêchent pas pour autant de respecter les traditions de notre cité muscatière. Les artisans boulangers de Frontignan la Peyrade le savent bien et se mobilisent pour faire perdurer la traditionnelle fête de la miquette, du 5 au 11 avril 2021. 

Unique à Frontignan : la Fête de la Miquette

Du lundi 5 au dimanche 11 avril, la Miquette sera de retour dans les boulangeries de Frontignan. Annulée en 2020 suite au confinement national, les artisans boulangers-pâtissiers, soutenus par le club taurin « Lou Senglié » et la Ville de Frontignan la Peyrade, organisent cette année la 15e édition  de la fête de la Miquette. L’occasion de (re)découvrir la célèbre petite brioche anisée. 2021 sera cependant une année particulière, le grand défilé dans le cœur de ville en costumes d’époque ne pouvant malheureusement pas avoir lieu.

Où déguster la miquette à Frontignan la Peyrade ?

Cette année, 6 artisans boulangers proposeront la viennoiserie locale dans leur établissement :

La compagnie des pains, La Talmelière, La Miquette, l’Artisan pâtissier boulanger biscuitier, Gabana et Le moulin de la Rocade.

Histoire de la miquette

Le partage de cette petite brioche est sans doute l’une des plus belles traditions locales, qui témoigne bien de l’esprit de solidarité des frontignanais et frontignanaises depuis plus de trois siècles.

En effet, c’est en 1692 que la confrérie des Pénitents blancs a décidé de célébrer la fête religieuse de Pâques en distribuant gratuitement du pain aux indigents de la commune. Un siècle plus tard, les moines capucins, en charge de l’hôpital St Jacques, ont demandé au boulanger Pascal, au nom prédestiné, de confectionner une petite brioche anisée pour l’offrir aux malades. Dès lors, la petite brioche anisée allait se populariser à tel point qu’au début du XXe siècle, à Pâques, il n’était pas rare de faire la queue devant la vitrine du boulanger pour se la procurer. L’idée originelle de partage allait perdurer jusque dans sa forme en trois parties : les deux extrémités pour les enfants et le cœur pour les parents.

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI