Montpellier - Importer des polémiques et des débats politiques dans les établissements scolaires : la Libre Pensée s'y oppose !

Montpellier - Importer des polémiques et des débats politiques dans les établissements scolaires : la Libre Pensée s'y oppose !

Montpellier - Importer des polémiques et des débats politiques dans les établissements scolaires : la Libre Pensée s'y oppose !

Par Libre Pensée Fédération Unie de l’Hérault, le 17 Décembre 2020

Partager

Importer des polémiques et des débats politiques dans les établissements scolaires : la Libre Pensée s’y oppose !

Nous avons appris par la presse que des conférences étaient organisées par le Maire de Montpellier dans les établissements scolaires, sur le thème de la Laïcité. La gazette rapporte d’ailleurs une vive discussion entre l’élu et des collégiens !

Que le maire puisse venir dans les établissements scolaires dans le cadre de son mandat d’élu, en vue de la gestion qui lui incombe, c’est tout à fait normal. Pour autant, y organiser des débats sur ce qu’il estime être « la laïcité », c’est tout à fait impossible.

Les débats politiques, de quelque nature qu’ils soient, de surcroît importés par les élus, n’ont pas leur place dans les établissements scolaires, qui doivent rester des lieux de transmission des savoirs.

C’est aux enseignants, et à eux seuls, de diriger les enseignements et d’organiser, quand c’est le cas, une discussion au sujet de certains principes en rapport avec les matières enseignées.

Nous rappelons ici des extraits de la circulaire de Jean Zay du 31 décembre 1936 : « Mes prédécesseurs et moi-même avons appelé déjà à plusieurs reprises votre attention sur les mesures en vue d'éviter et de réprimer toute agitation de source et de but politiques dans les lycées et collèges… Certes les vrais coupables ne sont pas les enfants ou les jeunes gens, souvent encore peu conscients des risques encourus et dont l'inexpérience et la faculté d'enthousiasme sont exploitées par un esprit de parti sans mesure et sans scrupule. Il importe de protéger nos élèves contre cette audacieuse exploitation…

Il ajoute en remarque : « Ma circulaire du 31 décembre 1936 a attiré l'attention de l'administration et des chefs d'établissements sur la nécessité de maintenir l'enseignement public de tous les degrés à l'abri des propagandes politiques. Il va de soi que les mêmes prescriptions s'appliquent aux propagandes confessionnelles. »

L’histoire a donc tranché depuis longtemps ce qu’est l’école et ce qu’elle n’est pas. Ce n’est pas parce qu’on ne connait pas l’Histoire qu’elle n’a pas eu lieu.

Aussi, nous demandons à ce que cesse immédiatement toute organisation de débats politiques face à un public qui, rappelons-le, est jeune, en formation.

Que de tels débats puissent s’organiser dans les universités est normal : les étudiants sont des adultes, et les enseignants y ont la liberté de donner leur point de vue.

Accepter qu’un élu puisse venir tenir une conférence sur sa vision de la laïcité, c’est la porte ouverte à ce que demain, d’autres élus fassent de même. Ce que l’on accepte pour M. Delafosse, pourquoi ne pas l’accepter pour M. Ménard, qui défend sa propre vision de la laïcité ?


Il s'agit là d'une porte ouverte à des incidents. L’école doit rester un lieu de transmission des connaissances, dégagé des passions, de l’actualité ainsi que de toutes les pressions politiques, religieuses, commerciales, etc.

La rubrique « LIBRE EXPRESSION »  des sites propriétés du Groupe ACTU DIRECT est une  faculté offerte aux personnes physiques ou morales étrangères à notre site pour publier des textes sous leur seule responsabilité.

Nos sites offrent ainsi un espace de libre propos pluriel qui contribue au débat ouvert à TOUTES les expressions.

Ces textes n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent ni la pensée, ni la ligne éditoriale de nos sites ou de ses responsables.

 

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI