Montpellier - Pour les étudiants de l'université Paul Valéry : la rentrée de janvier sera au choix !

Montpellier - Pour les étudiants de l'université Paul Valéry : la rentrée de janvier sera au choix !

Montpellier - Pour les étudiants de l'université Paul Valéry : la rentrée de janvier sera au choix !

Par Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM, le 17 Décembre 2020

Victoire pour les étudiants de l’université Paul Valéry : la rentrée de janvier sera au choix !

Le premier semestre à l’université Paul Valéry Montpellier 3 a été extrêmement éprouvant pour une majorité d’étudiants. Après avoir été entassés dans des amphithéâtres et salles surchargés lors de la pré-rentrée puis de la rentrée universitaire, nous avons subi le passage des enseignements en semi-distanciel, puis en tout distanciel sans aucune anticipation et adaptation pédagogique. Au confinement et à la précarisation accrue s’est ajoutée une pédagogie complètement inadaptée et une intense surcharge de travail imposée par les enseignants, provoquant décrochage scolaire et risques psycho-sociaux.

En ce qui concerne la rentrée universitaire du deuxième semestre, nous avons expliqué à la nouvelle présidence de l’université menée par Anne Fraisse, qu’une réouverture de l’université avec l’intégralité des enseignements en présentiel risquait de relancer les contaminations de COVID-19 tout en posant un double problème pédagogique et social.

En effet, de nombreux étudiants ont éprouvé de fortes difficultés à s’adapter aux enseignements en distanciel, mais malgré les circonstances et la charge de travail imposée par les enseignants, ont réussi à s’acclimater à une méthodologie de travail. Ainsi, forcer ces étudiants à revenir dans des cours en présentiel, c’est prendre le risque de définitivement leur faire perdre leurs repères en les poussant à s’adapter une nouvelle fois à une modalité différente d’enseignement.

D’un point de vue matériel, les deux confinements, et la période de couvre-feu du début d’année universitaire, ont entrainé une perte d’emploi et de ressources pour de nombreux étudiants. Beaucoup d’étudiants sont rentrés chez leurs familles car ils n’ont plus les moyens financiers pour se loger sur Montpellier. Ici aussi, forcer les étudiants à revenir dans des cours en présentiel poussera les plus précaires et les plus éloignés à abandonner leurs études, accroissant ainsi la sélection sociale déjà à l’œuvre dans le système universitaire.

Rentrée du 27 janvier : les étudiants auront le choix.

A notre grande surprise, la présidence de l’université a non seulement été compréhensive vis-à-vis des arguments que nous avons soulevés, mais a aussi décidé de mettre en place la proposition faite par le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) pour cette rentrée de janvier.

Les étudiants pourront choisir, de façon individuelle, de passer l’intégralité du deuxième semestre soit en présentiel intégral, soit en distanciel intégral, à partir de la rentrée fixée au lundi 27 janvier.

Un e-mail sera envoyé à chaque étudiant afin de lui demander sa préférence.

Nous nous félicitons que cette revendication, portée par le SCUM depuis plusieurs mois, se matérialise de façon concrète par une liberté accrue laissée aux étudiants.

Bien entendu, nous serons attentifs à la mise en œuvre concrète de cette mesure, et plus particulièrement à son volet pédagogique. En effet, il est inadmissible que certains enseignants profitent du distanciel pour accroitre dans des proportions insoutenables la charge de travail imposée aux étudiants. Nous demandons à cet effet un véritable cadrage pédagogique.

Photo d'illustration

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI