Béziers - Police : un sentiment de pieds et poings liés

Béziers - Police : un sentiment de pieds et poings liés

Béziers - Police : un sentiment de pieds et poings liés

Par Le bureau départemental UNITE SGP POLICE / F.O., le 02 Octobre 2020

Comment lutter contre l'insécurité et la délinquance avec le sentiment de pieds et poings liés et une épée de Damoclés suspendue au-dessus de la tête, déclare Fabrice AEBI,

Les faits remontent au 22 septembre 2016 vers 04h30 du matin : Des policiers du commissariats de Béziers intervenaient pour un individu surexcité qui trouble l'ordre public en commettant des dégradations sur les vitrines des magasins et des véhicules en stationnement.

Pour interpeller l'individu en pleine démence, les policiers utilisaient les techniques de police réglementaires. Afin de le maitriser, les agents le mettaient au sol. C'est à ce moment là que les forces de l'ordre constataient que l'individu perdait connaissance. Sans délai, ces derniers faisaient appel aux secours en le plaçant en position latérale de sécurité.

Les secours sur place tentaient de réanimer en vain l'individu.

Une enquête minutieuse était diligentée pendant plus de 3 ans pour la MANIFESTATION DE LA VERITE. Ses conclusions à travers ses nombreuses investigations et expertises ne relevaient aucune faute des policiers et permettait au parquet de Béziers de classer l'affaire. « Aujourd'hui nous apprenons avec indignation l'ouverture d'une instruction criminelle contre X du chef de violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personnes dépositaires de l'autorité publique. Nous ne pouvons que constater que tous les moyens sont bons pour se faire du FLIC.

Lorsqu'ils ne sont pas agressés, violentés, outragés, diffamés c'est par l'intermédiaire de la justice que l'on tente de jeter l'opprobe sur toute une corporation.

Comment lutter contre la délinquance et l'insécurité avec le sentiment de pieds et poings liés et d'une épée de Damoclés suspendue au-dessus de la tête ?????

  • La scéne a été intégralement filmée par le système de vidéo protection de la ville.
  • Le parquet saisit immédiatement l'IGPN et confie l'enquête à un magistrat instructeur.
  • Une expertise médico-légale a été ordonnée reprenant les éléments de l'autopsie et conclue que le décés est consécutif à une intoxication aiguë à la cocaïne.
  • Un spécialiste des techniques d'intervention est entendu après visionnage de la vidéo et il ne constate aucun geste contraire aux pratiques professionnelles en vigueur au sein de la Police Nationale.

Comment peut-on accepter un tel acharnement.

Cette enquête a permis de démontrer que les policiers intervenants n'ont commis aucune faute. L'autopsie et l'expertise médicolégale concluent que le décés de la victime est lié à une prise importante de cocaine. »

UNITE SGP POLICE / F.O est très inquiet pour l'avenir de leur profession. « Après la colére qui gronde encore dans nos rangs, c'est maintenant au risque réel de la démobilisation générale de toute une corporation à laquelle il va falloit faire face. » « Les policiers peuvent-ils encore protéger et défendre nos institutions et assurer la sécurité de nos concitoyens dans ces conditions ???? »

UNITE SGP POLICE / F.O. fait une fois de plus le constat accablant que les policiers sont des cibles idéales liées aux actualités récentes (affaires TRAORE et GABSY) qui a suscité un amalgame des affaires par une suspicion généralisée à leur encontre.

UNITÉ SGP POLICE-FO tient à rendre un hommage appuyé à tous les policiers, qui effectuent quotidiennement les missions qui leurs sont confiées avec courage et professionnalisme dans un contexte qui leur est de plus en plus violent et malveillant.

 

Béziers - Police : un sentiment de pieds et poings liés

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI