Hérault - HERAULT - Départ des thoniers du port du Grau d’Agde: UNE FÊTE ET UNE TRADITION !


Hérault - HERAULT - Départ des thoniers du port du Grau d’Agde: UNE FÊTE ET UNE TRADITION !

Par OCCITANIE TRIBUNE - Photos Michel DESNOS, le 24 Mai 2017

Partager

Ce mardi 23 mai 2017, le Département de l'Hérault  a accompagné deux thoniers senneurs au départ du port départemental du Grau d'Agde.

En effet, la saison de la pêche des thoniers senneurs commencera en mer le 25 mai.

A cette occasion, deux thoniers ont quitté le port départemental: le "Ville d'Agde 4" mené par le capitaine FORTASSIER et le "Gérard Luc 3 " mené par le Capitaine BUONO.

Kléber MESQUIDA, président du Conseil Départemental de l'Hérault, Marie Christine FABRE DE ROUSSAC et Sébastien FREY, conseillers départementaux, Sébastien DENAJA, Député de L'Hérault, André LUBRANO, conseiller régional de la région Occitanie / Pyrénées Méditerranée en présence des marins pêcheurs du Grau d'Agde, la DDTM, CEPRALMAR et les organismes de la Pêche Maritime, le CRPMEM d'Occitanie  ont honoré de leur présence cette tradition.


Merci à Michel DESNOS pour ses prises de vues et ses images vidéos



140 clichés sont disponibles sur notre page FACEBOOK OCCITANIE TRIBUNE


1. Le départ des thoniers : une tradition et une fête!

Au Grau d’Agde, deux thoniers senneurs se lancent dans l’expédition au large des côtes des Iles Baléares :

- le « Ville d’Agde 4 » avec le capitaine André Fortassier

NB : A bord du «Ville d’Agde 4 », le jeune Sébastien Fortassier poursuivra sa formation de pêche au thon, pour reprendre la succession de son père

- Le « Gérard Luc 3 » avec le Capitaine Jean-Luc Buono

2. Les thoniers senneurs : une pêche encadrée au niveau international qui démarre le 25 mai en mer

Pour la pêche au thon, deux métiers se distinguent : les thoniers senneurs et les Petits Métiers. Tous deux sont soumis à des quotas stricts et des périodes de pêche définies par les instances internationales, dont les dates et les quantités sont révisables chaque année. 

Une démarche eco-label pour le thon rouge :

Sur les 24 navires régionaux, 12 navires basés dans l’Hérault sont concernés par cette démarche, ce qui représentent 60% des volumes pêchés. 

Si les Petits Métiers pêchent le thon de ligne pour le ramener mort, les thoniers senneurs le gardent vivant.

Ces derniers sont limités à 1 seul mois d’activité, dont le début de la pêche sera autorisée en 2017 à partir du 25 mai. Ce thon sauvage sera ensuite conservé vivant, pour être consommé tout au long de l’année.

3. En cours : une démarche d’éco-certification de la pêcherie méditerranéenne « Thon Rouge de Ligne-Pêche Artisanale » soutenue par le Département

La démarche consiste à obtenir une éco-certification des produits issus de la pêche des navires palangriers, adhérents de l’Organisation de producteurs SATHOAN, engagés dans la marque collective « thon rouge de ligne-pêche artisanale ». Deux éco-labellisations sont envisagées, le label MSC (Marine Stewardship Council) à forte notoriété internationale et le tout récent écolabel « pêche durable » de FranceAgriMer. 

Pour soutenir cette démarche, le Département de l’Hérault s’est engagé en versant une subvention de 32.625 € pour 2017 et 2018. 

Cela permettra, notamment, de communiquer auprès des consommateurs sur le fait que les stocks de thons rouges de méditerranée sont reconstitués. Ce thon reste dans la consommation française (circuits courts). 

Port d’Agde : 12 M€ investis depuis 10 ans par le Département de l’Hérault

Les principales réalisations concernent :

- Allongement du quai de débarquement

- Aide au remplacement des pontons petits métiers

- Extension et modernisation de la criée (circuit de vente automatisé et informatisé, vente à distance, etc )

- Création d’un circuit de visite « Le Belvédère » 

II – Le port du Grau d’Agde : un enjeu économique et culturel

1. Le port d’Agde : des investissements depuis 10 ans

Le port départemental du Grau d’Agde, c’est :

- Un espace portuaire délimité et sécurisé

- 900 m linéaires de quai et 150 m de quai de débarquement.

- 7 pontons d'accueil Petits Métiers avec leurs plates-formes de stockage de matériel dédiées (300m2).

- Une halle à marée de 1 200 m2 au sol disposant des agréments sanitaires (ventes de produits de la mer/ coquillages/mareyage), d'une chambre, d'une chaine de vente automatisée moderne d'une salle d'allotissement de 300 m2.

- 5 ateliers de mareyage disposant chacun d'une chambre froide individuelle.

- Un tunnel de congélation et une chambre froide négative permettant le stockage de 30 palettes.

- Le premier espace d'information et de sensibilisation du public pensé dans une criée en Méditerranée (1S0 m2).

- Un chiffre d'affaire global de l'ordre de 7 M€.

- Des services et équipements mis à disposition des professionnels

- Des emplois directs et indirects de l’ordre de 450

- La présence d'organisations représentatives de la pêche locale et régionale (coopérative, prudhommie, OP du Sud). 

2 projets à la criée du port d’Agde:

- Aménagement des accès et nouveau plan de circulation (2017/2018)

- Aménagement du terrain adjacent pour les activités portuaires (2017/2018) 

1. La Criée : des ventes qui continuent à augmenter

En 2016, les ventes en criée se sont élevées à 1.381 tonnes pour une valeur de 5,6 M €, soit une augmentation de 12 % en quantité et une augmentation de 6,1% en valeur par rapport à 2014.

Ces apports ont été réalisés par 97 navires, dont 10 chalutiers pour 83 % de la quantité et 70,5 % de la valeur, et 100 petits métiers pour 16,7 % de la quantité et 29,5 % de la valeur.

Les achats ont été réalisés par 118 acheteurs, dont 31 mareyeurs et grossistes pour 71 % de la valeur, et 39 poissonniers détaillants et GMS pour 25 % de la valeur.

2. Le Belvédère : 2017 sur le thème de la pêche au thon

Le Belvédère ouvert depuis aout 2015, permet :

- de faire découvrir et de valoriser les métiers de la pêche - de faire connaître la criée au niveau régional et national - de découvrir le contexte de la pêche

- de créer un emploi à temps plein et 1 emploi saisonnier.

En 2016, le Belvédère a enregistré 6.000 visiteurs. Un chiffre en constante progression, dont l’objectif est d’atteindre 10.000 visiteurs cette année.

En 2017, les visites thématiques seront organisées au Belvédère sur la pêche au thon. 

III. Le Département de l’Hérault engagé auprès des infrastructures portuaires

1. Le Département de l’Hérault gestionnaire de 8 ports de pêche, de conchyliculture et de plaisance

Les lois de décentralisation de 1983 ont confié aux Départements la compétence pour la création, l’aménagement et la gestion des ports. Depuis cette date, le Département de l’Hérault a exercé cette compétence sur 8 ports avec la volonté de répondre aux besoins des usagers, la préoccupation permanente de protéger l’environnement et de préserver les richesses de son territoire.

Dans le cadre de la Loi NOTRe (2015), le Département de l’Hérault a renouvelé son engagement et a conservé sa compétence sur ses 8 ports départementaux :

- Le port conchylicole du Barrou à Sète,

- Le port de Bouzigues,

- Le port de Mèze,

- Le port conchylicole du Mourre Blanc à Mèze,

 - Le port conchylicole des Mazets à Marseillan,

 - Le port de Tabarka à Marseillan,

- Le port de pêche au Grau d’Agde,

- Le port de Vendres.

Au-delà des opérations en maîtrise d’ouvrage départementale, le Département de l’Hérault est intervenu en soutien technique et financier à hauteur de 3,5 M€ sur les ports départementaux de pêche et de plaisance et plus largement sur les dossiers de modernisation des ports de plaisance afin de maintenir leur attractivité et les activités économiques. 

+ de 40 M€ ont été investis dans plusieurs projets d’envergure et parfois au-delà du périmètre portuaire
du Département de l’Hérault pour permettre aux activités maritimes de se développer, notamment les activités de pêche et d’aquaculture. 

Les actions en maîtrise d’ouvrage en cours ou engagées :

  • La requalification du bassin portuaire du Barrou (1,2 M d’€) fin des travaux mars 2017

  • L’aménagement et le dragage du port du Mourre Blanc (1,2 M d’€) fin des travaux mai 2017

  • L’organisation des stationnements et du stockage sur le port du Barrou (2 opérations prévues en 2017)

  • La requalification des digues et le dragage du port de Marseillan les Mazets (2017-2018)

  • Le suivi du schéma directeur de gestion des effluents de la plaisance fluviale sur les canaux du Rhône à Sète et du Midi (en co-maîtrise d’ouvrage avec le Département du Gard) 2017- 2018 

Le Département de l’Hérault, c’est :

2/3 de la flotte Régionale Occitanie 800 marins pêcheurs

2 des 4 criées régionales (Sète et Agde)

2 - Le Département de l’Hérault, acteur incontournable des filières maritimes

Le Département de l’Hérault est un acteur incontournable des filières maritimes et soutient de nombreux programmes et projets : programmes d’action des organisations professionnelles, programme de recherche, soutien aux projets de territoire pour l’amélioration de la qualité de l’eau, etc.

Au-delà de la question de la compétence de création, d’aménagement et de gestion des ports, la loi NOTRe redéfinit l’encadrement des aides directes dédiées aux entreprises des différentes filières maritimes.

Dans le cadre d’une convention passée avec la Région, le Département de l’Hérault a affirmé sa volonté de poursuivre l’accompagnement de ses filières et continue de travailler avec la profession.

À titre d’exemples, quelques programmes et projets soutenus par le Département en 2016 et 2017 : 

Le Département de l’Hérault affiche une volonté forte de soutenir les filières maritimes et accompagne les grands projets de la profession. 



140 clichés sont disponibles sur notre page FACEBOOK OCCITANIE TRIBUNE
 


 

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI